Le Printemps

20 MARS 2007 C’EST LE PRINTEMPS

Rhume des foins (Rhinite allergique)
(Source Santé magazine)

Cette affection liée aux pollens survient surtout au printemps, lors de la floraison des graminées, des herbacées et des arbres.

Qu’est-ce que c’est ?
Cette affection survient surtout au printemps, lors de la floraison des graminées, des herbacées et des arbres. Les pollens en suspension dans l’air provoquent des réactions de caractère allergique au niveau des muqueuses respiratoires des personnes sensibilisées.
Le rhume des foins peut cependant sévir en toute saison. Car il peut aussi être induit par des moisissures, des spores, des champignons, des plumes, des poils, des poussières ou des fumées.
Le rhume des foins apparaît souvent au cours de l’enfance et peut s’atténuer à l’âge adulte.
Des antécédents personnels ou familiaux d’allergie, d’eczéma ou d’asthme augmentent le risque de développer un rhume des foins.
 

Quels symptômes ?
Picotements dans le nez, au niveau de la gorge, de la voûte du palais, suivis d’éternuements violents, répétitifs, incontrôlables.
Obstruction nasale avec écoulement d’un liquide clair (comme de l’eau).
Larmoiement et irritations conjonctivales.
Mal de tête, insomnie, fatigue, mais absence de toute fièvre.

Quel traitement ?
Votre médecin pourra vous prescrire des médicaments antihistaminiques (sous forme de comprimés ou de sirop chez les enfants).
Au besoin, des corticoïdes sous forme de spray peuvent soulager l’obstruction nasale.
En homéopathie, en attendant de consulter, dès les premiers symptômes : Apis 15 CH (5 granules 3 fois par jour). Contre les éternuements : Sabadilla 5 CH (3 granules 3 fois par jour). Contre la rhinite : Allium Cepa 5 CH (3 granules 3 fois par jour). Contre la conjonctivite : Euphrasia 5 CH (3 granules 3 fois par jour).
L’acupuncture permet d’obtenir de bons résultats au niveau des zones-réflexes (milieu du front, ailes du nez).
 

Conseils pratiques
Le meilleur moyen de contrôler les symptômes du rhume des foins consiste à éviter l’allergène si cela est possible.
Au printemps, avant toute sortie à la campagne, prenez des antihistaminiques à titre préventif. Attention aux effets secondaires : en raison d’un risque de somnolence, la conduite est fortement déconseillée.
Evitez l’utilisation chronique de gouttes ou de sprays nasaux destinés à lutter contre l’obstruction du nez. Ces produits peuvent créer un état de dépendance.
Dans la majorité des cas, le rhume des foins n’apporte qu’une gêne temporaire et périodique (8 à 10 jours, 2 à 3 fois par an). Cependant, si vos symptômes prennent de l’ampleur et entravent votre vie quotidienne, consultez un allergologue. Celui-ci pourra faire rechercher au moyen de tests cutanés la substance déclenchante. Une cure de désenbilisation durant plusieurs mois pourra vous permettre de limiter le rhume des foins de l’année suivante.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.