CANCER DE LE PEAU ET PREVENTION*

GRAIN DE BEAUTE OU CANCER?

FAITES-VOUS DEPISTER

LE 24 MAI 2007
JOURNEE NATIONALE DE DEPISTAGE DES CANCERS DE LA PEAU ET DES LESIONS PRECANCEREUSES.

Responsable de près de 2 000 décès chaque année, ce type de cancer ne cesse de progresser.
Pour réagir au plus tôt face à cet ennemi, NE MANQUEZ PAS CE RENDEZ-VOUS!

GRAIN DE BEAUTE OU CANCER DE LA PEAU ?
Pour le profane, il est parfois difficile de s’y retrouver… Pour détecter les lésions précancéreuses, une journée nationale de dépistage est organisée le 24 mai.

Ne la manquez pas !

Un jour pour sauver sa peau !

Les cancers de la peau sont de plus en plus fréquents en raison notamment de l’évolution des habitudes d’exposition au soleil. L’incidence du mélanome a triplé en vingt ans et représente aujourd’hui plus de
7 000 nouveaux cas par an.
Les traitements du mélanome à un stade évolué étant peu efficaces, les mesures de protection contre le soleil et la détection précoce sont les seules actions susceptibles de faire diminuer la mortalité.


L’ESSENTIEL SUR LES CANCERS DE LA PEAU

Les cancers de la peau appartiennent à deux grands types :

– Les carcinomes ou épithéliomes sont les plus fréquents, avec 60 000 nouveaux cas chaque année en France, mais aussi les plus bénins. Ils sont dus à la prolifération maligne des kératinocytes, les cellules les plus nombreuses de la peau, qui sécrètent la kératine. Huit fois sur dix, il s’agit d’un carcinome basocellulaire, dont l’évolution reste purement locale, au point que l’on hésite à les classer dans la catégorie des cancers.Dans les autres cas, il s’agit d’un carcinome spinocellulaire, qui peut s’étendre et donner des métastases.
Cependant, l’ablation précoce de la lésion suffit à entraîner la guérison. Il est indispensable de rester très vigilant après ce traitement, car l’apparition d’un carcinome est le reflet d’une exposition excessive au soleil au cours de la vie. Dans près de la moitié des cas, un deuxième cancer va apparaître dans les années qui suivent.
Ainsi, tout bouton, ulcère ou petite plaie ne guérissant pas rapidement doit amener à consulter un dermatologue ;

– Les mélanomes sont beaucoup plus rares, puisque l’on en dénombre 6 000 cas par an en France. Mais leur pronostic est très sombre, dès qu’ils ont dépassé une certaine épaisseur. En 1976, 1 176 décès par mélanome ont été recensés en France, soit un taux de mortalité global de 20 % environ. Cette mortalité pourrait être complètement évitée.
En effet, s’il est repéré à temps, ce qui est simple pour un cancer visible à l’oeil nu, le mélanome guérit très facilement.
 
Le dépistage des différentes formes de cancers de la peau (mélanomes et carcinomes) relève de l’expertise des spécialistes formés et expérimentés que sont les dermatologues.
Tout retard ou toute erreur de diagnostic peut engendrer une perte de chances et fait recourir à des traitements lourds.
La journée nationale du 24 mai 2007 sera largement axée sur la prévention qui constitue l’arme essentielle pour lutter contre la survenue de cancers ; un grand nombre pourrait être évité si chacun avait conscience des risques de certains comportements et des précautions à prendre, en particulier en ce qui concerne le bon usage du soleil. Comme lors des précédentes éditions, cette journée est organisée dans toute la France et mobilise plus de 1 000 dermatologues bénévoles. Les informations concernant les centres de dépistage sont disponibles sur le serveur vocal 0892 704 701 (0,34 € /mn) et sur le site internet :
www.syndicatdermatos.org.
 

PREVENTION
 
Le cancer de la peau augmente en Europe de 5 à 7 % par an. En France, environ 50 000 carcinomes et 7 000 mélanomes sont diagnostiqués chaque année.
 

Peau claire, grains de beauté, antécédents familiaux… Attention, nous ne sommes pas tous égaux face aux dangers du soleil ! Mieux vaut vous protéger des ultraviolets et déceler les signes suspects sur votre peau.
 

LA PREVENTION: UNE ARME CRUCIALE 

Un récent sondage a montré que la majeure partie de la population est consciente des risques liés à l’exposition au soleil. Si les parents veillent de plus en plus à la protection de leurs enfants, ils ne sont néanmoins pas suffisamment prudents pour eux-mêmes.
 

Il est donc nécessaire de délivrer régulièrement un message sur la prévention des cancers de la peau afin d’inciter la population à la prudence et à plus de responsabilité.
 

En contact avec le milieu extérieur, la peau subit en permanence des agressions ; l’un des effets visibles des attaques de l’environnement est son vieillissement. La peau dispose de mécanismes naturels pour se défendre. La mélanine et la kératine assurent ainsi la protection de l’organisme contre les ultraviolets, les plus néfastes des radiations solaires. Apparaissant dès le deuxième jour d’exposition, la mélanine augmente jusqu’aux alentours du vingtième jour donnant à la peau son hâle coloré tout en la protégeant des radiations ultraviolettes. La kératine assure, quant à elle, le maintien de l’épiderme et forme une couche protectrice d’épaisseur variable selon les parties du corps.
 

Si l’exposition solaire a des effets bénéfiques pour le corps humain (synthèse de vitamine D, effet calorique et anti-inflammatoire, action anti-dépressive, amélioration de certaines dermatoses), les conséquences néfastes des surexpositions ne doivent pas être sous-estimées.
 

Le rôle des UV et l’importance du type de peau sont suffisamment connus pour envisager des actions préventives. Chaque personne doit apprendre à doser son exposition solaire en fonction de ses caractéristiques cutanées personnelles et familiales et de son lieu d’habitation.
 

Certaines règles générales doivent être respectées :
Toujours s’exposer progressivement ;
Proscrire les bains de soleil entre 12h et 16h car le rayonnement solaire (et notamment les UVB) est le plus intense à ce moment de la journée ;
Réduire à leur minimum les expositions solaires chez les jeunes enfants.
 

Le spectre solaire
Les radiations émises par le soleil mêlent lumière visible, infrarouge et radiations ultraviolettes (UV).
Parmi les UV, on peut distinguer en fonction de leur longueur d’onde, les UVC (200-280 nanomètres), les UVB (280-320 nanomètres) et les UVA (320-400 nanomètres). Seuls les rayonnements les moins énergétiques atteignent la surface de la Terre car l’atmosphère terrestre les filtre de façon sélective.
La lumière visible et l’infrarouge constituent 95 % des radiations solaires nous parvenant.
Les UVC et les UVB de longueur d’onde inférieure à 295 nanomètres sont totalement absorbés par l’ozone et les autres gaz composant l’atmosphère. La proportion d’UVA et d’UVB qui traverse les couches supérieures de l’atmosphère terrestre est également modulée de façon importante en fonction de la couverture nuageuse.
D’une façon générale, la composante UV des rayonnements solaires au niveau terrestre se compose de 95 % d’UVA et 5 % d’UVB.
Les vêtements constituent une barrière efficace mais incomplète contre les radiations ultraviolettes en général et les UVA en particulier. De plus, leur efficacité dépend de leur texture et de leur couleur.
 

En ce qui concerne les produits solaires, les filtres offrent une protection photochimique par absorption d’une partie des radiations ultraviolettes. Depuis que la toxicité des UVA a été démontrée, ces filtres doivent agir conjointement sur les UVA et les UVB. Toutefois, la protection qu’ils confèrent reste partielle. En revanche, les écrans qui réfléchissent entièrement le rayonnement assurent une protection totale. Pour qu’un produit solaire garde son efficacité, l’application doit être renouvelée toutes les 2 heures et en quantité suffisante.

 Source: http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/cancer_peau.htm   

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.