Archive for décembre, 2008

Thé, jus, soupes : la détox maison

mercredi, décembre 31st, 2008

A piocher ici et là, voici quelques idées de recettes pour vous préparer vos soupes et boissons détox maison. A vos fourneaux !

soupe-detox.jpg
Soupe détox
Coupez finement 1 chou vert, 3 poireaux, 4 tomates, 2 aubergines, 3 branches de céleri, 1 bulbe de fenouil, 2 poivrons rouges ou verts, 3 gros oignons et 3 gousses d’ail.
Plongez les légumes dans 3 litres d’eau et ajoutez 1 branche de thym et 3 feuilles de laurier. Ne salez pas.
Laissez cuire une à deux heures à feu doux. Ne mixez pas pour que les légumes conservent toutes leurs fibres. Consommez tout au long de la journée, dès que vous en ressentez l’envie ou que vous avez faim.

Soupe super purifiante
1 petit oignon finement émincé, 1,5 l de bouillon de poule léger ou d’eau, 2 petites pommes de terre coupées en cubes, 2 grosses poignées d’épinards, 1 grosse botte de cresson, sans les tiges, poivre et sel.
Faites cuire l’oignon dans 2 ou 3 c à s de bouillon de poule ou d’eau pendant une minute.
Ajoutez les pommes de terre, le sel et le poivre, ainsi que le reste d’eau ou de bouillon.
Portez à ébullition et laissez frémir jusqu’à ce que les pommes de terre soient cuites. Ajoutez les épinards et le cresson, et remuez pendant 3 minutes.
Retirez du feu et mixez le tout.
A consommer au début du repas.

jus-carotte.jpg
Jus purifiant,
Mixez finement 5 carottes, 1 pomme, 2 tiges de céleri et 1/2 betterave.
A consommer au début du repas.

Thé détox,
Pour 100 g de préparation :
70 g de thé vert en vrac (Gunpowder nature, en magasins bio),
10 g de badiane (anis étoilé),
10 g de thym citron,
4 g de sauge séchée,
4 g de queues de cerises,
15 gousses de cardamome,
5 clous de girofle,
Les écorces séchées de 2 citrons non traités.
Mélangez et broyez le tout dans un mortier pour libérer les arômes.
Conservez ce thé dans une boîte en fer.

the.jpg
Thé aux épices,
Faites infuser 5 minutes dans 1/2 litre d’eau frémissante un petit bâton de cannelle, 3 clous de girofle, 2 pincées de muscade, 3 graines de cardamome.
Versez dans une théière sur un thé noir d’Assam ou un Darjeeling et laissez infuser 4 minutes avant de servir.

Ma journée détox après les fêtes

mercredi, décembre 31st, 2008

detox.jpgMa journée détox après les fêtes

Rattrapez vos excès alimentaires des fêtes avec une journée détox. Facile et pas cher. Idées pour compenser les excès caloriques de la veille, aliments à éviter et ceux à privilégier et en bonus des astuces pour faire le plein d’énergie… soit tout ce qu’il faut pour maintenir l’aiguille de la balance en bonne position.

Une journée détox pour ne pas culpabiliser
Pour commencer, ne culpabilisez pas, même si vous êtes en cure d’amaigrissement !
Le repas festif fait partie de la convivialité et c’est bon pour le moral !
Pour garder la ligne, il faut simplement que ce plaisir reste occasionnel et compenser avec une journée détox si vous en sentez le besoin.
Oubliez l’idée reçue que pour maigrir il faut se serrer la ceinture à longueur de journée et tous les jours de la semaine sans jamais se faire plaisir, en s’interdisant toute vie sociale et donc tout repas entre amis, en famille…
En réalité, pour maigrir intelligemment, sans vous « sentir au régime », il ne faut pas vous imposer d’interdits absolus, sinon vous risquez de craquer et alors de ne plus pouvoir vous contrôler !
Autrement dit, aucun aliment, même « riche », ne doit être interdit mais simplement limité en quantité et/ou en fréquence de consommation.

Compenser les excès caloriques grâce à ma journée détox
Bien entendu, on peut faire un festin avec des plats gastronomiques mais peu caloriques…, dans ce cas aucune «compensation » n’est nécessaire. Mais si votre ou vos repas d’une journée ont été trop gras, et/ou trop sucrés et/ou trop alcoolisés, nous vous conseillons alors de suivre le programme détox qui équivaut à une journée peu calorique.

Au petit-déjeuner :
– une boisson non sucrée : café, thé, tisane, eau,
– un fruit frais ou une compote non sucrée,
– un à deux produits laitiers maigres et non sucrés.
Au déjeuner et au dîner :
– en entrée : des crudités ou une salade, sans huile, avec un jus de citron ou avec une sauce au yaourt…sans matière grasse, ou un potage aux légumes, sans pomme de terre, ni matière grasse, ou un bouillon de légumes.
– en plat : un poisson maigre ou une volaille maigre ou 2 œufs… accompagnés de légumes cuits… le tout cuit et servi sans matière grasse,
– en dessert : un produit laitier maigre et non sucré.
En collation : un produit laitier maigre et non sucré.

Cette journée détox sera peu calorique car elle exclut ou limite : les boissons sucrées et alcoolisées, les aliments gras et sucrés, les matières grasses d’assaisonnement, le pain, les céréales et les féculents, les fruits. Mais pas question de supprimer les fibres et les protéines que vous choisirez maigres et non sucrées.

Adoptez les modes de cuisson sans matières grasses : au gril, au four, en papillote, à la vapeur…
Pour vos assaisonnements, pensez au jus de citron, aux fines herbes, aux sauces au yaourt, au coulis de tomate… sans ajout d’huile !
Dans tous les cas, ne suivez pas ce régime restrictif plus d’une journée.

infusion.jpg
Une journée détox pour retrouver une bonne digestion
Si vous n’avez pas pu résister, à l’entrée « riche », suivie du plat en sauce, au fromage et en prime au dessert bien «nourrissant »… il est probable que vous ayez des difficultés de digestion.
Pour combattre ces désagréments, pendant votre journée détox, veillez à : manger dans le calme, assis, en prenant votre temps et en mastiquant bien, boire peu au cours du repas, fractionner votre alimentation.
Au petit-déjeuner : évitez le café au lait, les viennoiseries, le pain complet, aux céréales, les céréales complètes et l’excès de beurre. Préférez le thé ou une infusion, le pain grillé, les céréales non complètes (type corn-flakes).
Pour vos entrées : évitez les crudités, les légumes secs, les poissons gras, fumés et en conserve à l’huile, les charcuteries, les entrées grasses (avocat, quiche, tarte salée, pizza,…), la mayonnaise, l’ail, l’oignon et l’échalote … Préférez une salade de légumes cuits : haricots verts, blancs de poireaux, betteraves rouges, cœurs de palmiers, un potage de légumes,
Pour vos plats : évitez les poissons gras et fumés, les viandes grasses et à braiser, la choucroute, le cassoulet, les plats en sauce, en friture… Préférez les poissons maigres, les viandes blanches et les volailles sans la peau ou éventuellement les viandes rouges maigres.
legumes-detox.jpg
En accompagnement de vos plats : évitez les légumes secs (lentilles, haricots secs, pois chiches, fèves…), les frites, pommes sautées, gratins et certains légumes indigestes comme le chou vert, brocolis, choux de Bruxelles, poivrons, fenouil, bettes, cardons, céleri rave ou branches, petits pois, navets, oignons. Préférez pour les féculents : les pommes de terre, pâtes, riz, semoule et pour les légumes : les haricots verts fins, carottes cuites, blancs de poireaux, salade cuite, endives cuites, courgettes et aubergines sans peau, champignons cuits.
Pour vos produits laitiers, évitez le lait entier, les fromages blancs gras, les yaourts au lait entier, les fromages fermentés « trop faits », les fromages à moisissures (Roquefort…). Préférez les laitages écrémés, s’ils sont tolérés, les fromages à pâte cuite : Gruyère, Tomme, Pyrénées,…
Pour vos desserts, préférez les fruits cuits sans la peau, les compotes. Réintroduisez ensuite, progressivement, des fruits crus, bien mûrs, tendres et sans la peau.
Pour vos boissons : évitez les jus d’agrumes (orange, citron, pamplemousse), les jus de pommes et de raisins, les boissons gazeuses, les apéritifs, digestifs, bière, cidre, le café et le thé forts. Préférez les eaux plates, les tisanes, le café et le thé légers, les jus de fruits non acides : pêche, poire…
Pour vos cuissons et assaisonnements : évitez les graisses cuites, les fritures, la mayonnaise, les épices, les condiments (moutarde, vinaigres forts, cornichons, câpres, ail, oignons, échalotes), les mets trop salés… Préférez les cuissons sans matière grasse (au four, à la vapeur, au grill,…), pour vos assaisonnements : les matières grasses crues (beurre, margarine, huile, crème fraîche), le jus de citron, certains vinaigres doux (balsamique, de cidre…) et en petite quantité.
Pensez aux ferments lactiques : ils permettent d’équilibrer la flore intestinale tout en régulant le transit et en limitant les ballonnements.Ainsi le yaourt, riche en ferments lactiques, peut être conseillé à chaque repas.

Une fois, vos troubles digestifs passés, reprenez progressivement une alimentation « normale » mais équilibrée et revitalisante.

Les astuces pour refaire le plein d’énergie
Une vie saine, pour retrouver votre bonne forme : respectez votre temps de sommeil et apprenez à gérer votre stress.
dodo2.jpg

Du sport, pour mieux brûler les « graisses » et les « sucres » du sang qui sont les produits de la digestion : pratiquez un sport régulièrement.
De l’eau, pour éliminer les toxines liées aux excès alimentaires : buvez au moins 1,5 litre d’eau par jour.
hygienevie2.jpg

Des antioxydants naturels, comme :
– la vitamine C, pour retrouver votre tonus.
Démarrez votre journée avec un jus d’agrumes (à boire immédiatement après pressage du fruit) ou un fruit frais (pensez aussi au kiwi, très riche en vitamine C). Mangez des crudités au moins une fois par jour et assaisonnez les d’un jus de citron.
– la vitamine A, pour booster vos défenses immunitaires.
Un peu de beurre frais sur vos tartines du petit-déjeuner et au menu n’oubliez pas les carottes riches en béta carotène (provitamine A).
– la vitamine E, pour lutter contre le vieillissement de la peau, de vos artères… L’huile de germes de blé en regorge, pensez-y pour vos assaisonnements.
Des Oméga 3, pour une bonne santé cardio-vasculaire, pour votre mémoire…. Vous ferez le plein, par exemple, avec une cuillère à soupe d’huile de colza par jour sur une salade de mâche et un poisson gras (saumon, maquereau…) par semaine.

Retrouvez au plus vite un bon équilibre alimentaire qui est le meilleur garant d’une bonne vitalité et d’une bonne santé.

Source: Le Diet

PSYCHO: comment recevoir une remarque conctructive?

mercredi, décembre 31st, 2008

zen.jpg
Psycho :
Comment recevoir une remarque constructive ?
Si faire une remarque à quelqu’un n’est pas toujours facile, en recevoir une ne l’est pas non plus ! Il existe quelques éléments à connaître, à cultiver pour mieux recevoir une remarque, de manière plus positive, plus constructive, et en tirer profit…

Encouragez vous-même les remarques
La meilleure stratégie, c’est de carrément oser demander un ‘ feed-back ‘ aux personnes de votre entourage. ‘ À ton avis, est-ce que je m’y suis bien pris ? ‘. Si vous encouragez les autres à vous donner leur point de vue, cela vous enrichit. Et c’est intéressant d’oser demander car tout le monde n’ose pas vous donner un avis qui n’a pas été sollicité.
Cependant, un détail est essentiel. Quand vous demandez un avis, il faut être prêt à l’entendre ! Vous ne devez pas vous attendre à recevoir seulement des compliments. Si vous savez que des critiques vont vous anéantir, il vaut mieux ne rien demander… Ou alors, demandez-le de manière plus subtile : ‘ Dis-moi d’abord ce qui s’est bien passé, et ensuite dis-moi ce qui a été moins bien ‘. L’expression du positif va vous aider à recevoir ce qui l’est moins.

Considérez le côté constructif de la remarque
Pour profiter des remarques de votre entourage, il faut un préalable évident. Vous devez être profondément convaincu que ces remarques sont une chance pour vous, une opportunité de mieux vous connaître, de mieux agir, de vous améliorer, de connaître de meilleures relations avec les autres… Si vous en êtes convaincu, vous pourrez supporter nettement mieux leur côté parfois moins agréable en voyant derrière le désagrément passager, un bienfait beaucoup plus profond.
Devant une remarque, vous devez absolument reconnaître les émotions provoquées. Vous pouvez vous sentir un peu triste, énervé, déçu, vexé, c’est humain, personne n’aime se voir remis en question. Personne n’aime, mais chacun peut apprécier de savoir que votre entourage est honnête envers vous et que cela prouve qu’il vous apprécie, même si vous n’êtes pas parfait. Vous serez d’ailleurs parfois surpris d’être beaucoup plus critique, beaucoup plus sévère envers vous-même que ne l’est votre entourage.

reflexion.jpg
Encaissez la remarque puis réfléchissez
Quand vous recevez la remarque, respirez ! Ne vous justifiez pas, ne vous défendez pas. Si vous répondez : ‘ J’ai fait ceci, j’ai dit cela, oui, mais c’est parce que… ‘, vous brandissez une sorte de bouclier pour vous défendre. Or, ce qui est intéressant, c’est d’encaisser (pas toujours agréable, c’est vrai), et de laisser les paroles entrer en vous pour faire leur chemin.
À partir de là, observez, décortiquez cette remarque. Est-elle justifiée ? Pas forcément. Saviez-vous déjà cela ? Peut-être. Est-ce que cette remarque vous ouvre des horizons, vous permet de découvrir des éléments dont vous n’aviez pas conscience ? Pensez-vous que, suite à cette remarque, il serait bon de changer quelque chose à votre comportement ? Et quoi ? Et comment ? Avez-vous quelque chose à mettre au point ? Avez-vous été mal compris ? Une de vos attitudes a-t-elle été mal interprétée ? Une chose de peu d’importance pour vous vous apparaît-elle essentielle pour d’autres ?
C’est ce moment le plus intéressant. Si vous avez la curiosité d’aller jusqu’au fond de ce que vous apporte un avis extérieur, vous en sortirez toujours enrichi.
Et vous pouvez même vous offrir le luxe de remercier la personne qui vous enrichit ! Lui demander de vous faire profiter de son point de vue à nouveau quand elle le jugera utile, de vous aider à changer si c’est nécessaire, de vous signaler ce qui lui semble important…

Si vous savez aller jusque-là, il est certain que vous passerez votre vie à vous ouvrir aux autres et à vous améliorer sur le plan des relations humaines. C’est ce que nous pouvons tous nous souhaiter.

REVEILLON SANS STRESS*

mercredi, décembre 24th, 2008

140707.jpgREVEILLON SANS STRESS

Cuisinez des recettes qui peuvent se préparer à l’avance, génial !!!

Petits choux au crabe, citron et éclats de pistaches

choux-au-crabe.jpg

INGREDIENTS :

• 160 g de farine
• 80 g de beurre
• 250 ml d’eau
• 4 œufs + 1 jaune
• 2 boîtes de chair de crabe (poids net égoutté 240 g)
• 200 g de fromage blanc épais
• 3 cuillerées à café rases de Fumet de Poisson
• 40 g de pistaches non-salées
• Le zeste d’1citron non-traité
• Poivre

PREPARATION :
• Préchauffez votre four Th. 6 (180°C).
• Dans une casserole, versez l’eau, le beurre et 1 cuillerée à café de Fumet de Poisson. Portez à ébullition.
• Hors du feu, ajoutez la farine tamisée. Remettez sur feu doux et, au moyen d’une cuillère en bois, travaillez la pâte vigoureusement en l’écrasant contre les bords pour la dessécher, pendant 3 à 5 minutes. La pâte doit se décoller du fond.
• Hors du feu, en laissant un peu tiédir, ajoutez les œufs entiers, un par un, en fouettant bien, afin d’obtenir une pâte souple et lisse.
• Sur la plaque de votre four recouverte de papier sulfurisé, déposez, au moyen d’une cuillère à soupe, de beaux tas de pâte (environ une vingtaine).
A l’aide d’un pinceau, dorez-les au jaune d’œuf.
Faites cuire 35 minutes dans votre four sans ouvrir la porte.
• Pendant ce temps, faites égoutter la chair de crabe de façon à ôter le plus de jus possible (posez par exemple votre passoire sur du papier absorbant).
• Dans une poêle sans matière grasse et sur feu vif, faites griller les pistaches puis écrasez-les grossièrement.
• Dans un saladier, mélangez le fromage blanc, la chair de crabe, 2 cuillerées de Fumet de Poisson, le zeste de citron haché et les pistaches écrasées. Poivrez selon votre goût.
• Coupez un chapeau aux petits choux, farcissez-les de préparation au crabe et servez rapidement.

ASTUCE:
Préparer les choux et la préparation à base de crabe la veille et farcir le jour même.

CONSEIL BIEN ÊTRE:
Ces petits choux constituent une entrée festive sans être trop calorique.

* Croquons la vie avec Nestlé

Lendemains de fêtes : mangez léger !

mercredi, décembre 24th, 2008

lendemain_fetes.gifLendemains de fêtes : mangez léger ! menus-equilibres.jpg

Après un repas de fêtes copieux et bien arrosé, les lendemains sont souvent difficiles. Les excès de la veille doivent être compensés par des repas légers.

Voici le menu spécial « Se remettre des fêtes ».

Dans les jours qui suivent les agapes, il est conseillé de manger et boire vraiment différemment afin de laisser à l’organisme un peu de répit, le laisser souffler.

Petit déjeuner

• Fruit ou jus de fruit ;
• Laitage ;
• Boisson pour hydrater (thé ou café léger) ;
• Pain légèrement beurré, éventuellement avec un peu de confiture.

Déjeuner

• Poisson, viande ou volaille grillé ; ou cuisson à la vapeur accompagné de légumes ;
• Ne pas négliger les féculents (pâtes, riz, pommes de terre) ;
• Fromage ou laitage, du pain et un fruit.

En dessert, favorisez les laitages avec des probiotiques, aux vertus Détox (par exemple le Bifidus Actif des yaourts Activia)

Dîner

• Soupe de légumes (elle présente l’avantage de remplir l’estomac et réduit donc la sensation de faim, elle réhydrate l’organisme) ;
• Viande, oeuf ou poisson cuit avec peu de matières grasses ;
• Un laitage ou un morceau de fromage ;
• Un fruit cru ou cuit (compote, fruit au four).

En adoptant cette alimentation vous profiterez pleinement des fêtes et votre balance ne viendra pas vous rappeler vos excès.
balance.jpg

NOEL : GARE AUX ACCIDENTS DOMESTIQUES

lundi, décembre 22nd, 2008

Noël : gare aux incendies domestiques ! guirlandes2.jpg

C’est bientôt Noël ! Bougies, guirlandes lumineuses et sapins décorent les maisons. Mais les habitudes prises durant la période des fêtes de fin d’année peuvent accroître les risques d’incendie. Et les conséquences peuvent être importantes : en effet, pas moins de 30 secondes suffisent pour qu’un sapin de Noël s’enflamme et que le feu ravage votre salon. Pour passer les fêtes de fin d’année en toute tranquillité, il est important de suivre quelques règles de sécurité.

Concernant les sapins : sapin.jpg
– Achetez un sapin naturel fraîchement coupé. Assurez-vous que le pied reste humide en le maintenant dans un réservoir d’eau : un arbre desséché s’enflamme très facilement. Il ne résistera pas à la chaleur des guirlandes électriques. Si vous optez pour un arbre de Noël artificiel, vérifiez qu’il n’est pas fabriqué dans une matière inflammable.
– Disposez le sapin loin des sources de chaleur.
– Ne mettez jamais de bougies sur un arbre de Noël.
– Evitez les cheveux d’anges et la neige en aérosol qui sont des matières très inflammables.
– Ne laissez jamais le sapin allumé lorsque vous quittez la pièce ou la maison.
– Dès la fin des fêtes, dégarnissez votre sapin naturel le plus vite possible et sortez-le.

Concernant les décorations et bougies : guirlandes.jpg

Les décorations de Noël illuminent nos maisons mais il ne faut pas oublier qu’elles sont également sources d’incendie. Il existe également certaines règles simples à ne pas oublier :
– Vérifiez que certains fils électriques ne sont pas dénudés et que les ampoules sont correctement vissées.
– Ne laissez jamais de cordons électriques le long des portes ou sous les tapis.
– Achetez de préférence des guirlandes conformes à la norme NF.
– Eteignez les bougies et les guirlandes avant de quitter votre domicile ou de vous coucher.
– Assurez-vous que le chandelier est stable, et qu’il est suffisamment large pour contenir la cire fondue.
– Ne laissez jamais des enfants sans surveillance à proximité d’une bougie.

bougies-noel.jpg

De manière générale :

– Equipez-vous de matériel de protection (extincteurs et détecteurs de fumée).
– Surveillez les enfants.
– Faites attention aux produits et aux objets inflammables.
– Evitez de surcharger les prises électriques.
– Vérifiez régulièrement l’état de vos appareils électriques.
– Après une soirée, vérifiez que les cigarettes soient toutes éteintes.

extincteur.jpg

Source : Communiqué de Kidde, leader sur le marché de la prévention et de la lutte contre les incendies domestiques – novembre 2008

TABAC ET BPCO

jeudi, décembre 4th, 2008

bpco.jpg
Nouvelle résolution pour 2009
Arréter de fumer !!!

Pour vous accompagner jour après jour dans votre nouvelle vie sans tabac.
Programme de coaching, Inscrivez vous sur :
www.tabac-info-service.fr
« Quand on sait c’est plus facile d’arrêter »

tabaac.jpg
Mieux dépister la BPCO
Maladie méconnue, la BCPO s’attaque en priorité aux fumeurs. C’est une forme aggravée et chronique de bronchite qui cause des dégâts irréversibles sur les poumons. Pour mieux la traiter, il faut dépister au plus tôt.

Toux grasse, essoufflement au moindre effort sont votre lot quotidien ? Mais vous vous dites que ça n’est pas très grave, que l’on peut facilement vivre avec et, le cas échéant, que c’est inhérent à tous les fumeurs ?
Pourtant, il est possible que ce soit les symptômes d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive, plus communément appelée par son acronyme, BPCO. C’est une maladie des poumons, grave et handicapante, caractérisée par une obstruction irréversible des voies aériennes.

Elle se manifeste par une toux persistante et un excès de sécrétions dans les voies respiratoires. Les symptômes, qui n’apparaissent que vers la cinquantaine, le plus souvent chez des fumeurs invétérés, sont malheureusement irréversibles. Ils se développent lentement et insidieusement durant plusieurs années. Ce qui fait que la BPCO n’est généralement diagnostiquée que trop, tardivement, une fois que la maladie est bien avancée.
En France, on estime que 3 à 3,5 millions de personnes souffrent de BPCO, soit 7,5 % de la population adulte. Elle est responsable, chaque année, de 100 000 hospitalisations et de près de 16 000 décès.

arret-tabac.jpg
Une maladie insidieuse
La bronchite chronique et l’emphysème, deux pathologies qui coexistent chez les malades atteints de BPCO à des degrés divers, entraînent une obstruction de la circulation de l’air dans les poumons, ce qui limite grandement la qualité de vie. Comme le volume d’air entrant et sortant des poumons est limité, les respirations deviennent moins efficaces et beaucoup plus ardues. Les personnes atteintes souffrent d’une toux chronique et ont une respiration sifflante.
A noter que les deux pathologies associées à la maladie, bronchite chronique et emphysème, peuvent être tout à fait indépendantes de la BPCO.

Hélas, parce que c’est une maladie insidieuse et qui n’a pas de symptômes spectaculaires ou remarquables, de nombreux malades ignorent qu’ils le sont. Parmi les malades, 9 personnes sur 10 sont fumeuses. La plupart d’entre elles se disent qu’il est normal d’être constamment essoufflé, de tousser tous les jours… Ils vivent avec ces symptômes sans s’inquiéter outre-mesure. Pourtant, pour éviter que cette maladie ne s’installe durablement, sachant que ses conséquences ne sont pas réversibles, le mieux est encore de la dépister suffisamment tôt pour entamer un traitement et réduire les facteurs de risque.

doc.jpg
Et pour dépister, il faut consulter un médecin généraliste dans un premier temps. Ainsi, l’idéal serait que les personnes exposées au tabagisme (actif ou passif) ou à des polluants, des gaz, des fumées puissent être dépistées dès la quarantaine.

La nécessite de dépister les fumeurs
Pour établir le diagnostic, qui se base sur l’exploration fonctionnelle respiratoire, le médecin peut utiliser dans un premier temps un minispiromètre. Ce petit appareil mesurant le souffle permet de repérer l’existence ou non d’une obstruction mais n’est pas un outil de diagnostic définitif. Il permet au moins d’avoir une indication. Si obstruction il y a et que le patient est symptomatique, il sera dirigé vers un pneumologue qui lui fera subir une spirométrie complète. La BPCO, une fois installée, peut avoir de graves conséquences sur la santé. L’essoufflement apparaît quand la capacité respiratoire est déjà diminuée.

Le traitement de la BPCO passe d’une part par l’arrêt définitif du tabagisme. D’autre part, le malade se voit prescrire des bronchodilatateurs pour lui faciliter la respiration. Il doit également faire une ré-éeducation à l’effort et se vacciner contre la grippe et le pneumocoque pour éviter des complications supplémentaires. Plus les traitements seront mis en œuvre précocement, plus ils seront efficaces.

Pour plus d’information, consultez le site du Comité contre les maladies respiratoires:
logo_cnmr.gif
www.lesouffle.org

Source : 14/11/2008 Le journal des femmes http://www.linternaute.com/femmes

5 recettes anti déprime

jeudi, décembre 4th, 2008

5_recettes_anti_depression_article.jpg5 recettes anti-dépression*
Certains déséquilibres alimentaires sont susceptibles d’aggraver la dépression. Découvrez les règes de la diététique anti-dépression et des recettes réconfortantes pour mettre du baume au cœur…
et aux papilles.

Règle n°1 : consommer plus de poisson
Les Omega 3 contenus dans le poisson permettent d’améliorer les symptômes de la dépression.
Selon des études scientifiques, les populations ayant une consommation de poissons gras (thon, saumon sauvage du Pacifique, maquereau, hareng, truite de mer, anchois) forte à modérée ont un risque moindre de dépression sévère par rapport à celles qui n’en consomment pas ou peu. On sait aussi que les personnes déprimées ont des concentrations faibles d’oméga 3 dans leur organisme. C’est pourquoi il faut manger du poisson gras 3 fois par semaine. Evitez les cuissons à haute température afin de ne pas abîmer les acides oméga 3 sensibles à la chaleur. Il est également recommander de consommer de l’huile de colza ou de noix, également riches en oméga 3. Il faut aussi éviter autant que faire se peut les matières grasses trop riches en oméga 6. Remplacez l’huile et les margarines contenant du tournesol, du maïs, du pépin de raisin, du soja, de l’arachide… par de l’huile d’olive ou des margarines aux oméga 3.

Règle n°2 : choisir les bonnes protéines
Les protéines, et plus précisément les acides aminés qui les composent, jouent un rôle important dans la fabrication des hormones et des neurotransmetteurs par l’organisme. Certains acides aminés indispensables ne sont pas produits par l’organisme. Ils doivent donc impérativement être apportés par l’alimentation. Il est donc important de consommer du blanc d’œuf, de la volaille, du fromage, des fruits et des crustacés.

Règle n°3 : Privilégier les aliments riches en vitamines B
Les vitamines B sont essentielles à la bonne utilisation des nutriments, à la production d’énergie, à l’immunité et à la synthèse des neurotransmetteurs dont dépendent nos capacités de concentration, d’adaptation au stress, notre libido et notre humeur.
Les meilleurs sources alimentaires de vitamines B : le foie de veau, les légumes secs, les céréales complètes et les légumes à feuilles vert foncé (épinards, asperges, brocoli, salades).

Règle n°4: Enrichir son alimentation en magnésium
De nombreuses études confirment que ce minéral est un élément majeur de la prévention des conséquences négatives du stress.
Mangez des légumes secs au moins trois fois par semaine, optez pour des céréales complètes et issues de l’agriculture biologique, mangez 2 carrés de chocolat noir à 70% de cacao tous les jours et mangez des légumes à feuilles vert foncé.

Règles n°5 : Nos 5 recettes anti-dépression
Smoothie anti-déprime
Morue à la Catalane
Risotto aux fruits de mer
Curry de pois chiches
Gratin à la pistache

* Source :par Claire Frayssinet,
www.femmeactuelle.fr

Smoothie anti-déprime smooth.jpg
Ingrédients
6 demi tomates séchées
1 poignée de basilic frais
1 c. à s. de ricotta ou de brousse
1 c. à s. de graines de lin
1 c. à s. d’huile de poisson
1/2 gousse d’ail
150 ml d’eau riche en magnésium
1 c. à c. de jus de citron

Préparation
Lavez le basilic et effeuillez-le.
Disposez les graines de lin dans le bol d’un blender ou d’un mixeur.
Mixez jusqu’à ce que les graines soient réduites en poudre.
Ajoutez les autres ingrédients: tomates, basilic, ricotta, ail, huile de poisson, eau, jus de citron, sel.
Mixez jusqu’à obtenir une boisson bien homogénéisée.

smoothies.jpg
PRATIQUE
A propos des smoothies
Il s’agit de boissons mixées à base de fruits ou de légumes. A la différence des jus traditionnels, les smoothies conservent l’intégralité du végétal et sont donc plus riches en fibres et nutriments. Cette recette de smoothie salé regroupe les principaux éléments de la diététique anti-dépression pour un cocktail bonne humeur dont il ne faut pas hésiter à abuser.