LA LECTURE

lecture1.jpghttp://hyperbolederivations.centerblog.net

Dans les environs de 3500 ans av. J-C, l’écriture fut inventée. À partir de ce moment commence la véritable histoire humaine intelligible, la véritable domination envers les autres animaux. Tout cela simplement à cause de quelques caractères. Au fur et à mesure que les inventions se multipliaient, l’écriture se raffinait de plus en plus pour finalement aboutir à la forme que nous lui connaissons maintenant. Elle demeure encore aujourd’hui en constante évolution (évolution plutôt lente, mais n’est-ce pas ainsi pour l’évolution de toute chose complexe ?
De l’écriture naît la nécessité de la décoder, soit la lecture.

Par le passé, il n’y avait que les érudits, les nobles, les riches qui pouvaient se permettre d’apprendre à lire. Combien de génies potentiels sont restés dans l’ombre sans pouvoir se développer ?
Lire et écrire étaient symboles de culture, de puissance, d’argent, de la domination des uns sur les autres.

De nos jours, l’écriture est présente à peu près partout ; il devient quasiment impossible de fonctionner sans pouvoir lire, que ce soit pour consulter un horaire d’autobus, de lire son courrier, d’aller aux guichets automatiques des banques, de lire les modes d’emplois des divers appareils appartenant à notre quotidien, etc, etc.

C’est en voulant l’égalité et l’éducation pour tous que la maîtrise des mots est devenue quasi-universelle.
Attardons-nous quelques instants sur le rôle que peut jouer la lecture au cours d’une vie. Lire et écrire font parti des premières choses que l’on apprend à l’école ; se sont des bases qu’il importe d’acquérir au plus tôt, le début de l’éducation et de la culture. Même avant l’entrée à l’école, les enfants se font lire des contes et des histoires avant de s’endormir. Les mots ont cet étrange pouvoir de modifier les émotions humaines, d’endormir, de soulever de la colère, de provoquer tristesse et larmes, de faire rire, bref d’avoir un effet particulier.

La lecture procure et a à la fois un certain pouvoir ; elle influence nos perceptions, nos idées, nos opinions, nos sentiments et en maîtrisant le pouvoir charmant des mots, il est possible de provoquer ces effets sur les autres. La force d’évocation des mots nous permet de devenir tous les personnages à la fois de sentir les joies et peines de l’un et l’autre et ainsi nous délivre de nos propres douleurs et permet de mieux y être confronté par la suite. Tel une douce berceuse, tel une vague sur la mer, les plus belles œuvres savent nous transporter doucement, lentement avec un confort sans égal dans des univers magiques, passés, présents, à venir, au cœur de l’histoire, de différentes sociétés ou en plein centre de l’imaginaire…

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.