LA CHANDELEUR et le PERCE NEIGE

Le nom populaire de cette fête en français, Chandeleur, a une origine latine et païenne : la festa candelarum ou fête des chandelles, d’après une coutume consistant à allumer des cierges à minuit en symbole de purification.

Chez les Romains, on fêtait les Lupercales aux environs du 15 février, fêtes inspirées de Lupercus, dieu de la fécondité et des troupeaux.

Chez les Celtes, on fêtait Imbolc le 1er février. Ce rite en l’honneur de la déesse Brigid, célébrait la purification et la fertilité au sortir de l’hiver. Les paysans portaient des flambeaux et parcouraient les champs en procession, priant la déesse de purifier la terre avant les semailles.

Dans les églises, on remplace les torches par des chandelles bénites dont la lueur éloigne le Mal et rappelle que le Christ est la lumière du monde. Les chrétiens rapportaient ensuite les cierges chez eux afin de protéger leur foyer. C’est à cette époque de l’année que les semailles d’hiver commençaient. On se servait donc de la farine excédentaire pour confectionner des crêpes, symbole de prospérité pour l’année à venir. La Chandeleur est une fête religieuse chrétienne officiellement appelée la Présentation du Christ au Temple. On disait aussi autrefois Hypapante. Elle commémore la Présentation de l’enfant Jésus au Temple de Jérusalem
Aujourd’hui, on connaît surtout la Chandeleur en tant que jour des crêpes.
On dit aussi que les crêpes, par leur forme ronde et dorée, rappellent le disque solaire, évoquant le retour du printemps après l’hiver sombre et froid.

Le perce-neige est aussi appelé la fleur de la chandeleur

Le perce-neige symbole de pureté
« Le perce-neige blanc d’albâtre devint un symbole de la pureté de Marie et était appelé la Fleur de la Purification parce qu’il fleuri le 2 février, Fête de la Purification de Marie.
En Italie et autres pays d’Europe la statue de Marie était enlevée de l’autel en ce jour et des perce-neige étaient répandus à son emplacement. Ce jour était également la fête de la présentation de Jésus au temple. Ces fleurs furent appelées Cloches de la Chandeleur (Candlemas Bells) après que la cérémonie de bénédiction des chandelles (candles) ai débutée, tardivement au 8e siècle, et le 2 février devint connu comme jour de la Chandeleur (Candlemas Day) »

http://www.udayton.edu/mary/resources/flowers.html

L’hiver est une saison qui éprouvait, plus qu’on ne peut aujourd’hui l’imaginer, nos ancêtres et qui symbolise pour cela le désespoir, la mort. Sa fin est attendue avec impatience et fêtée à la hauteur de l’évènement par une des principales fêtes marquant le rythme des saisons. Probablement nos ancêtres utilisaient-ils un « calendrier floral » pour se repérer dans l’année. Par sa date de floraison le perce-neige est le messager naturel du printemps. Il n’est donc pas étonnant de le trouver associé à ces fêtes traditionnelles du printemps et aux légendes qui les expliquent, légendes où œuvrent des êtres divins réglant les saisons.
Le perce-neige symbolise donc la victoire de la fée Printemps sur un hiver mortifère comme l’exprime des légendes de la tradition Roumaine. Il est l’espoir retrouvé comme

C’est évident dans cette légende chrétienne (ou christianisée) qui met en scène nos premiers parents chassés de l’Eden consolés par un ange. Il est symbole de pureté dans la chandeleur.

Légende de la fée Printemps
Il y a fort longtemps, un premier mars, un beau perce-neige, blanc sortit de dessous la neige dans la forêt. Le vent d’hiver le vit, se mit en colère et déclencha une tempête de neige sur la fleur. Le gentil perce-neige mordu par le froid cria. La bonne fée Zina Primavara entendit la fleur sangloter et lui demanda : « Pourquoi pleures-tu ? » – « Je suis couvert de neige et meurs de froid » répondit le perce-neige. La fée Primavara ôta la neige de sur la fleur. Tandis qu’elle faisait cela elle se blessa au doigt contre un petit caillou tranchant caché à coté du perce-neige. Son sang tomba sur la racine de la fleur, la réchauffant, et le perce-neige revint à la vie. Une autre goutte de sang tomba sur les pétales qui devinrent rouges. Aussitôt un autre perce-neige, blanc, poussa à coté de lui. « C’est ainsi que les deux inséparables clochettes, la rouge et la blanche, devinrent à la fois le symbole du printemps, de l’amour et de l’espoir appelé Martisor

La naissance du perce-neige

Une légende raconte la naissance du perce-neige : Dans des temps très reculés alors qu’elle se battait avec la sorcière Hiver, qui ne voulait pas lui laisser la place, la belle fée Printemps se coupa au doigt. Quelques gouttes de sang tombèrent sur la neige et la firent fondre. Aussitôt, une fleur poussa à la place et ainsi la fée printemps triompha de la sorcière hiver.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.