Archive for the ‘Le saviez vous ?’ Category

Le vinaigre blanc

mardi, avril 26th, 2011

On le dit incolore, blanc ou cristal mais il est surtout, puissant, écologique, et bon marché, moins de 40 cts d’euros le litre, et indispensable et essentielle dans une maison.
On redécouvre désormais ses merveilleux pouvoirs que connaissaient déjà les romains qui lui attribuaient des propriétés médicinales. ( En effet, ils se servaient de vinaigre pour purifier leur eau).
Le vinaigre blanc commun est fait, soit à partir de la distillation du vinaigre de malt, soit d’un simple mélange d’acide acétique à de l’eau
Utilisation : Pur, froid ou chaud. Souvent on a peur de l’odeur du vinaigre mais elle disparaît en quelques minutes après séchage.

En cuisine : Quelques gouttes dans l’eau de la salade délogeront les « petites bêtes ».
Un chiffon ou un coton imprégné de vinaigre sur vos fruits ou légumes, ils seront protégés.

Le vinaigre est bien sur, excellent pour la conversation, tomate cerise, cornichons, salicornes ou autres condiments. Il suffit de mettre du vinaigre dans un bocal qui ferme et d’y ajouter les condiments lavés et séchés.

Le vinaigre comme produit d’entretien :
Un vrai miracle pour tout nettoyer dans la maison. C’est un acide, ce qui lui permet d’être un bon détartrant mais aussi un désinfectant, un désodorisant, un adoucisseur, un dégraisser, un rehausseur de couleur etc. ….

►Utilisez-le pur, sur une éponge pour les parois de douches ou les carreaux de faïence, les traces d’eau mais aussi de savon, laissez agir quelques minutes, rincer et les traces disparaîtront.
►Sur les sols :’il dégraissera et désinfectera en le mélangeant avec votre eau de lavage ( 1 verre pour 10 litres d’eau ) essayez-le pur quand vous déplacez un meuble dans la cuisine : un peu de vinaigre et un coup de serpillière, résultat assuré.
►Nettoyeur impeccable pour les éviers de cuisine, les gazinières : sur une éponge ou une chiffonnette.
►Mais aussi pour nettoyer et supprimer les odeurs du micro ondes (ou le four) : mettre dans le four et faire chauffer 5 minutes un bol du vinaigre mélangé avec un peu d’eau. Laisser agir, passer un coup d’éponge.
►Assainir le réfrigérateur : passer pur, sur une éponge sans rinçage.
►Pour la vaisselle : Le vinaigre élimine la graisse, il nettoie et dégraisse le verre, et fait briller la vaisselle lorsqu’on le met dans l’eau de rinçage.
►Les casseroles en cuivre, pour les faire briller il suffit de les frotter avec une petite poignée de gros sel aspergée de vinaigre.

Tout sur… le citron

mardi, avril 26th, 2011

Saisons, Histoire, composition, bienfaits, recettes… Les conseils pour le choisir, le cuisiner et le conserver
Bienfaits

Quoi de plus rafraîchissant et désaltérant qu’un jus de citron bien frais, additionné d’eau ? Son acidité et sa légèreté (29 kcal/100 g) en font, en effet, la boisson idéale des grandes soifs. De plus, les sportifs le savent bien, avec une touche de sucre, il est un véritable reconstituant en énergie.

Ce tonus qu’il apporte, il le doit à sa richesse en vitamine C (52 mg/100 g), protégée sous son écorce épaisse. Le jus d’un seul fruit (50 ml) permet, en effet, de couvrir un tiers de nos besoins quotidiens. En revanche lorsqu’il est tranché, la vitamine C s’évapore à vue d’oeil, il faut donc le consommer très rapidement.

Le citron renferme aussi un bel éventail de minéraux et d’oligo-éléments, indispensables à l’organisme. Parmi eux, du potassium, qui lui confère un effet légèrement diurétique, du calcium pour l’ossature et du fer pour la force et l’énergie. Tous ces nutriments sont d’autant mieux assimilés que cet agrume est gorgé d’acides organiques.

Pour finir, sous son écorce se cachent des flavonoïdes. Responsable de sa couleur caractéristique, ces pigments renforcent l’action de la vitamine C, tout en protégeant le système vasculaire.

LA MANUFACTURE DES TABACS, à Nice

mardi, avril 26th, 2011

Son existence est connue à Nice depuis la Restauration sarde ; les ateliers se trouvaient à l’origine rue Saint-François de Paule puis, devant l’augmentation de la production, le projet d’une implantation dans le quartier de Riquier fut décidé par le Conseil municipal, mais la guerre avec l’Autriche et le rattachement du Comté à la France retardèrent cette implantation. C’est donc véritablement sous l’administration française que se développa cette activité qui compta jusqu’à plusieurs centaines de salariées (810 en 1893, 686 en 1907, 425 en 1938 et approximativement le même nombre en 1958).

La mécanisation, progressivement introduite dans une manufacture qui au début et à la fin de la période produisit plutôt des petits cigares permit une considérable augmentation de la production : de 200 tonnes de tabacs nécessaires à ses débuts pour la fabrication de cigares ordinaires, soit l’ensemble de la production, elle arrive à produire, en 1937, 875 tonnes de cigares, 459 millions de cigarettes et plus de 15 millions de cigarillos.

La cigarière, personnage emblématique des milieux populaires niçois travaillait dans le seul lieu où se trouvait une telle concentration de main-d’œuvre féminine et sa verve était particulièrement redoutée comme le souligne le dicton « vou maï vint an de presoun qu’una cigalusa en maïoun » (« il vaut mieux vingt ans de prison qu’une cigarière à la maison »). Victime de la concentration des activités de la production de cigares et de cigarettes, la Manufacture finit par fermer ses portes en 1979