Archive for the ‘Nutrition’ Category

Une alimentation équilibrée pour rester en bonne santé

jeudi, février 19th, 2009

Extrait de http://www.infoplus-seniors.fr

Une alimentation équilibrée vous permet de rester en bonne santé mais aussi de prévenir la maladie.
Une alimentation équilibrée doit être :
Adaptée en quantité à votre faim et à vos besoins : le maintien de votre poids idéal vous permet de vérifier que l’équilibre entre les apports et les dépenses est bien maintenu.
Diversifiée avec :
• des produits laitiers 4 fois par jour pour l’apport de calcium ;
• de la viande, du poisson ou des œufs 1 fois par jour pour l’apport de protéines ;
• des fruits et légumes 5 fois par jour pour l’apport de fibres et de vitamines ;
• des féculents à chaque repas pour l’apport de protéines végétales et de sucres lents
• des matières grasses variées.

Régulière avec 3 repas et 1 ou 2 collations selon vos besoins et habitudes. Il ne faut pas sauter de repas car l’organisme doit être habitué à recevoir des apports alimentaires chaque jour au même moment.

ATTENTION Bien manger c’est aussi bien boire avec l’équivalent de 8 à 10 verres d’eau soit 1,5 à 2 litres d’eau ou de boissons non alcoolisées (tisane, thé, café…) par jour. Pensez à boire régulièrement sans attendre d’avoir soif.
Ces repères nutritionnels ne vous concernent pas si vous suivez un régime alimentaire, prescrit par votre médecin, dans le cadre d’une pathologie spécifique.
Pour se faire plaisir
Manger est et doit rester un plaisir !
Vous êtes gourmand ?
Si certains aliments doivent être consommés avec modération (graisses d’origine animale, produits sucrés, sel, boissons alcoolisées) cela ne signifie pas que vous ne devez jamais en consommer. Se faire plaisir de temps en temps ne fait de mal à personne !

Escalopes de dinde au citron et aux câpres

jeudi, juin 26th, 2008

esc-dinde.jpgEscalopes de dinde au citron et aux câpres

INGREDIENTS pour 4 personnes
capres.jpg
Carottes fanes : 1 botte
Champignons de Paris : 150 g
Citron : 1
Escalope de dinde : 4 de 100 g à 120 g
Beurre : 10 g
Vin blanc : 1/2 verre
Câpres : 2 cuil à soupe
Sel, poivre

PREPARATION :
Grattez les carottes fanes. Recoupez-les en morceaux et cuisez-les à la vapeur ou dans de l’eau bouillante salée.
Nettoyez les champignons de Paris, hachez-les grossièrement. Coupez le citron en rondelles.
Dans une casserole, faites fondre 5 g de beurre, ajoutez les champignons, salez, couvrez et cuisez à feu doux pendant 10 min.
Retirez les champignons, gardez-les au chaud.
Mettez les rondelles de citron à la place et faites-les confire pendant 10 à 15 min à feu doux et à couvert.
Faites fondre le reste du beurre dans une poêle anti-adhésive. Cuisez les escalopes de dinde à feu très doux. Salez, poivrez.
Retirez-les et déposez-les sur le plat de service au chaud.
Déglacez la poêle avec le vin blanc, faites-le réduire un peu. Ajoutez les câpres, les rondelles de citron avec leur jus et les champignons.
Mélangez bien, cuisez 2 min. Versez sur les escalopes. Ajoutez les carottes et servez.
citron.jpg

SOMMEIL ET ALIMENTATION

jeudi, juin 26th, 2008

dodo2.jpg
SOMMEIL ET ALIMENTATION :
LES 4 GRANDES RÈGLES DES DÎNERS ANTI-INSOMNIE

Fatigue, somnolence, baisse de la concentration, troubles de la mémoire, si l’on dort mal, les conséquences ne manquent pas. L’instauration d’un rituel du coucher s’impose, mais il convient aussi de changer ses habitudes alimentaires, au moins en ce qui concerne le dîner. Voici les 4 grandes règles d’alimentation à respecter pour favoriser votre sommeil et endiguer les insomnies.
Bon dîner, bon sommeil
Quelques changements dans la façon de vous alimenter le soir peuvent contribuer à améliorer votre sommeil. Que les insomniaques testent avant de recourir à des somnifères…

pain-complet.jpgRègle n°1 : Dîner riche en glucides et pauvre en protéines
Ces nutriments jouent un rôle dans la synthèse de certains neurotransmetteurs dans le cerveau et peuvent ainsi contribuer au sommeil ou inversement l’entraver.
Privilégiez une alimentation riche en glucides à index glycémique bas, c’est-à-dire ceux qui sont absorbés et métabolisés lentement : pain aux céréales, pain complet, céréales entières (boulgour, riz brun, quinoa, sarrasin), les pâtes al dente, les légumineuses (haricots, pois, lentilles), les légumes, les fruits frais, etc.
Inversement, limitez les glucides à index glycémique élevé : pain blanc, riz blanc, céréales raffinées ou sucrées, couscous, tapioca, pommes de terre, gnocchis, pâtisseries industrielles (croissants, gâteaux, beignets, biscuits…), chocolat au lait, sucre, miel, crèmes glacées…
Diminuez les protéines : il est préférable de consommer les aliments riches en protéines, comme les viandes, volailles, poissons, fruits de mer et œufs, le midi plutôt que le soir.

salade-composee.jpgRègle n°2 : Dîner léger, non épicé et pas trop tardif
Si l’on mange trop et trop gras, épicé et tardivement, la digestion sera plus lente et s’accompagnera d’une augmentation de la température corporelle, deux facteurs qui retardent l’endormissement et sont souvent responsables d’insomnies.
Ainsi, ne dînez pas trop tard, évitez les mets épicés, ne mangez pas trop copieux et limitez les graisses, particulièrement les acides gras saturés (charcuteries, viandes grasses, crème fraîche, beurre, fromages, fritures et panures, sauces, etc.) et les acides gras trans (margarine, beignets, pâtes à tarte, feuilletés, viennoiseries, biscuits, gâteaux industriels, etc.).

saumon.jpgRègle n°3 : Privilégier les oméga-3
Les oméga-3 contribuent au bon fonctionnement du cerveau et sont avantageux pour trouver le sommeil.
Privilégiez les sources d’oméga-3 : poissons gras (saumon, truite, maquereau, flétan, sardines…), huile de colza, huile de lin.
Limitez en revanche les sources d’oméga-6, molécules qui entrent en compétition avec les oméga-3 : huile de tournesol, de maïs, mayonnaise, etc.

alcool.jpgRègle n°4 : Pas de boisson alcoolisée ni caféinée
Contrairement à ce que l’on veut bien croire, l’alcool n’est pas bénéfique au sommeil. Certes, consommer de l’alcool favorise l’endormissement, mais déstructure ensuite le sommeil en provoquant des micro-réveils et favorise l’insomnie. Au final, le sommeil est de mauvaise qualité et non récupérateur.
La caféine exerce des effets sur le cerveau jusqu’à 6 heures après sa consommation. Alors dès le milieu de l’après-midi évitez de boire du café et toute autre boisson contenant de la caféine : thé, chocolat, sodas…cafe.jpg

Pour renforcer l’efficacité de ces 4 règles d’alimentation anti-insomnie :
• luttez contre le stress,
• ne pratiquez que des activités calmes avant de vous mettre au lit,
• couchez-vous toujours à la même heure,
• exercez une activité sportive régulière mais pas en soirée.

zen.jpg

Une alimentation anti-cholestérol sans contrainte !

lundi, juin 16th, 2008

Une alimentation anti-cholestérol sans contrainte !

Ce n’est pas parce que votre médecin vous a prescrit un régime anti-cholestérol que votre vie doit devenir un enfer alimentaire !
Certes, cette hypercholestérolémie nécessite quelques règles, mais n’oubliez pas que c’est sur la durée que vos nouvelles habitudes seront efficaces. Quelques conseils pour adapter naturellement votre mode de vie.

Il n’y a pas de secret, pour réduire votre cholestérol, il va falloir modifier un peu vos habitudes alimentaires. Mais on sait aussi que les régimes alimentaires trop contraignants ne résistent pas à l’épreuve du temps, alors optez pour une alimentation anti-cholestérol durable !
Sans excès, ni frustration, elle vous permettra de réduire de 10 à 15 % votre taux.

Identifier les bonnes et les mauvaises graisses
Pour faire baisser son hypercholestérolémie, ce n’est pas tant sur la quantité de graisses consommées qu’il faut jouer, mais plutôt sur leur nature.
En ligne de mire : les acides gras saturés qui font augmenter votre taux de cholestérol, surtout le mauvais (le LDL). Ils se nichent dans la plupart des produits d’origine animale: les abats, les viandes, le jaune d’oeuf, le lait entier, mais aussi les produits industriels (viennoiseries, biscuits sucrés et salés, plats préparés).

noix.jpg
A l’inverse, les acides gras mono et polyinsaturés protègent vos artères. Les premiers font baisser le mauvais cholestérol, tout en préservant le bon (le HDL) ; les seconds, de type oméga 3, fluidifient le sang. On les retrouve dans les huiles végétales, les fruits secs oléagineux et les poissons gras.

gras2.jpgChoisissez les matières grasses
Le beurre reste malgré tout l’ennemi n°1. Vous devez autant que possible le remplacer par des margarines et des huiles végétales riches en graisses mono (huile d’olive, arachide, noix, colza) ou polyinsaturées (tournesol, maïs). Les margarines enrichies en stérols végétaux sont un choix simple et efficace pour diminuer votre taux de LDL.
Dans le même temps, privilégiez les modes de cuisson nécessitant le moins de matières grasses : au grill (viandes), à la vapeur ou à l’eau (légumes) et en papillotes (poissons) et équipez-vous d’une sauteuse ou d’une poêle au revêtement antiadhésif.
Concentrés de tomates, oignons, échalote et aromates peuvent facilement remplacer les éternelles sauces au beurre.

poulet2.jpgAlternez le poisson et la viande
Très riches en vitamines D et en fer, viande et poisson apportent des protéines, mais aussi du cholestérol. Toutefois, le poisson en contient deux fois moins que la viande. En pratique, pour réduire ses apports il faut :
– Privilégier les viandes maigres : Les volailles (mais pas les oeufs : maximum 2 par semaine), le lapin et le cheval contiennent des lipides insaturés. Adeptes de la viande rouge, optez pour la bavette, l’onglet, le bifteck haché à 5 %, les morceaux maigres (paleron) mais en quantités raisonnables (120 g), idem pour le porc (filet, épaule) et l’agneau (gigot) en ayant pris soin de retirer le gras. A éviter : les abats (cervelle, foie, rognons) et les charcuteries grasses (lards, rillettes, pâtés).
saumon.jpg– Choisir les poissons gras : anchois, hareng, maquereau, sardine, saumon, thon… Ils renferment des acides gras insaturés de type Oméga 3, bénéfiques pour votre régime.

fromage-frais.jpgPréférez les fromages frais
Evitez les produits au lait entier et les fromages secs très riches en acides gras saturés et en cholestérol, optez pour le lait demi-écrémé ou écrémé tout aussi riche en calcium et les fromages « allégés » à 25 % ou 30 %.
Pour les produits laitiers, les yaourts écrémés ou ordinaires nature ou aromatisés et les fromages blancs à 20 % sont parfaitement adaptés et préférables aux pâtisseries et crèmes desserts préparées avec des jaunes d’oeufs, du beurre ou de la crème (100-500 mg de cholestérol par portion).
Un bon choix : les yaourts enrichis en phytostérols. Non seulement ils sont pauvres en matières grasses et sans sucre, mais en plus ils font baisser le taux de cholestérol !

vegetaux.jpgDes végétaux à chaque repas !
Les végétaux sont vos meilleurs alliés car non seulement, ils renferment des antioxydants (vitamine C, E, bétacarotène) bénéfiques au système cardiovasculaire, mais leurs fibres permettent de freiner l’absorption du cholestérol. Pensez notamment aux pamplemousses, aux pommes, aux haricots verts, lentilles, mais aussi aux produits céréaliers complets.

hygienevie2.jpgBougez pour faire baisser le cholestérol !
C’est l’une des clés trop souvent négligées pour faire baisser son taux de cholestérol : l’activité physique (30 à 45 minutes 3 fois par semaine). Cela provoque une augmentation du bon cholestérol et permet de maîtriser son poids.
Inutile de se lancer dans le sport de compétition, commencez par bannir les ascenseurs, les tapis et les escaliers roulants et descendez du bus, deux stations avant votre destination.
Pensez vélo ou marche pour vos petits déplacements quotidiens.
Et même des gestes simples tel que le ménage sont un bon moyen de se dépenser.
Et si vous avez un petit jardin, c’est encore mieux : en le cultivant ou simplement en tondant la pelouse, vous brûlez des calories !
Tout est une question d’organisation : il faut prévoir à l’avance dans votre emploi du temps des espaces pour l’activité physique. Et cela devient vite une habitude…

* Doctissimo.fr – Carina Louart

RECETTE ESTIVALE : TIRAMISU AUX FRAISES

lundi, mai 5th, 2008

tiram.jpgTiramisu aux fraises et aux biscuits secs

Préparation : 10 à 15 minutes
Cuisson : Temps de repos : 2 heures au réfrigérateur minimum
Ingrédients pour 4 :
250 g de fraises
250 g de mascarpone
125 g de sucre
3 œufs
150 g de biscuits secs
2 cueillères à soupe d’amaretto

fraises.jpg

Préparation :
Passer les fraises sous un filet d’eau froide puis les équeuter et les mixer avec 50 g de sucre. Réserver.
Emietter les biscuits ou les mixer grossièrement. Réserver.
Dans un saladier, mélanger les jaunes d’œufs avec le sucre restant jusqu’à ce que le mélange devienne mousseux.
Battre les blancs en neige et les mélanger avec le mascarpone et ajouter l’amaretto.
Ajouter le tout au mélange mousseux (jaunes + sucre).
Etaler le mixé de fraises au font d’un plat.
Recouvrir avec les biscuits émiettés puis verser la préparation à base de mascarpone.
Mettre au réfrigérateur pendant 2 heures minimum.

SECRETS DES REGION: Recette niçoise – LA SOCCA

mardi, avril 15th, 2008

galette-socca.jpg
Galette de socca au beaufort

Pour 6 personnes
Temps de préparation : 15 min
Temps de cuisson : 7 min

Ingrédients :
– 250 g de farine de pois chiches
– 1/2 l d’eau
– 6 c. à soupe d’huile d’olive
– 100 g de beaufort finement râpé
– poivre du moulin
– 1 c. à café de sel fin

Préparation :
Dans un saladier, mélangez au fouet la farine de pois chiches, le sel, l’eau froide et 2 c. à soupe d’huile d’olive. La pâte doit avoir la consistance d’une pâte à crêpes, ajoutez un peu d’eau si nécessaire. Tamisez si des grumeaux se sont formés et laissez reposer.

Préchauffez le four à 230°C (th.8) pendant 10 min.

Versez 2 c. à soupe d’huile d’olive dans un moule à pizza et faites chauffer 5 min au four.

Pendant ce temps, mélangez la pâte à socca et le beaufort râpé.

Retirez le moule à pizza du four et versez-y de la pâte à socca au beaufort sur quelques millimètres d’épaisseur.

Réenfournez au haut du four et laissez cuire 2 min puis passez en position gril et laissez cuire jusqu’à ce que la croûte soit bien dorée. Percez éventuellement les cloques qui se forment en cours de cuisson. Démoulez dès la sortie du four et recommencez une nouvelle cuisson.

Poivrez et servez chaud avec de fines tranches de jambon cru.

le taboulé

mardi, avril 15th, 2008

taboule2.jpgTaboulé

Pour 4 personnes
Temps de préparation : 15 min
Temps de cuisson : 2h30

Ingrédients :
– 300 g de boulgour
– 5 tomates
– 1 oignon
– 1/2 poivron vert
– quelques feuilles de coriandre et de menthe
– 2 c. à café de basilic
– 4 c. à soupe d’huile d’olive
– le jus de 3 citrons
– poivre

Préparation :
Faites chauffer de l’eau jusqu’à ébullition. Versez dans un saladier le boulgour. Arrosez d‘eau bouillante et laissez gonfler 30 min.

Pelez et émincez l’oignon. Enlevez les cloisons et les graines de poivron. Lavez-le et essuyez-le. Coupez-le en dés.

Nettoyez et essorez bien les herbes.

Ciselez-les. Lavez les tomates et coupez-les en dés également. Versez dans le boulgour l’huile et le jus de citron. Mélangez. Puis ajoutez les herbes, les dés de poivrons et de tomates. Laissez macérer 2 heures au réfrigérateur avant de servir. Poivrez et servez.

boulghour.jpg
Dietetique :
En effet, le boulgour est une céréale appartenant à la famille des sucres lents, au même titre que les pâtes ou la semoule. Ainsi, ils assurent un apport en carburant pour notre corps. De plus, il est pauvre en sodium. Les tomates et les poivrons, sources de fibres, favorisent le transit intestinal. Les herbes embaument ce taboulé de leur parfum sans en altérer le goût. Elles évitent l’ajout de sel et limitent donc ses effets sur la tension notamment.

L’alimentation des séniors

vendredi, avril 4th, 2008

seniors-et-alim.jpg
L’ALIMENTATION DES SENIORS*

Les seniors ont souvent des carences. Or ces déséquilibres nutritionnels ne sont pas forcément dus à une mauvaise alimentation. Certains problèmes physiques ou environnementaux interviennent.
Le point sur ces facteurs de malnutrition liés à l’âge.

Les problèmes alimentaires spécifiques au vieillissement apparaissent à des âges variables et sont beaucoup plus marqués après l’âge de 85 ans.
En 2000, il y a 12 millions de personnes âgées de plus de 60 ans en France dont 1 million a plus de 85 ans.
En 2050 elles seront respectivement 22 et 4 millions.
Ces années gagnées n’ont d’intérêt que si nous vieillissons en bonne santé.
Une bonne nutrition, au-delà du bien-être qu’elle procure, a un rôle de prévention de mieux en mieux connu sur les pathologies liées à l’âge.

Des problèmes physiques
Chez la personne âgée l’apparition de certains problèmes physiques est un frein à une bonne alimentation :
• Un mauvais état bucco-dentaire, un dentier qui ne tient pas gênent la mastication, entraînant des troubles digestifs et la suppression des viandes, du pain, des fruits et légumes crus dans l’alimentation ;
• Les modifications du goût, le salé devenant insipide entraînent une attirance pour le sucré ;
• La sensation de soif diminuée entraîne une diminution des apports en eau et donc un mauvais fonctionnement des reins.
• Le manque d’exercice et les déséquilibres alimentaires favorisent la constipation.

Des facteurs extérieurs
Il faut aussi tenir compte de contingences sociales :
• Les personnes qui vivent seules ont tendance à ne plus cuisiner, surtout si elles vivaient auparavant en famille, et à manger des aliments sans préparation, souvent sucrés, au détriment des viandes et des légumes ;
• Le faible niveau de ressources peut influencer négativement les habitudes alimentaires.

Les bonnes pratiques alimentaires reposent sur des notions simples et de bon sens : l’équilibre, la variété et la modération.

Des calories aux aliments : un peu de théorie…
Les apports caloriques recommandés dépendent du sexe, de l’âge et du niveau d’activité physique.
Quelque soit la quantité de ces calories, on recommande d’apporter 50 à 55 % de l’énergie sous forme de glucides (1 g de glucides = 4 kcal), 30 à 35 % sous forme de lipides (1 g de lipides = 9 kcal) dont 8 % d’acides gras polyinsaturés, et 10 à 15 % sous forme de protéines (1 g de protéines = 4 kcal).
Ceci correspond , pour un homme adulte sédentaire (2100 Kcal/jour) à :
– 290 g de glucides (dans le pain, le riz, les pâtes, les pommes de terre et tous les produits sucrés) ;
– 70 g de lipides (dans les matières grasses et tous les lipides « cachés ») ;
– 70 g de protéines (dans les viandes, les oeufs, les poissons, les produits laitiers, les légumes secs).

En pratique : équilibre et modération
Aucun aliment ne contient tout ce qui nous est nécessaire en protéines, glucides, lipides, vitamines et minéraux, de même qu’aucun aliment n’est à proscrire complètement dans un régime alimentaire normal. Il n’y a pas d’aliment « mauvais », il n’y a que de mauvaises habitudes alimentaires…

Les différents groupes d’aliments sont plus ou moins riches en glucides, lipides et protéines, ainsi qu’en vitamines et minéraux. Pour l’équilibre alimentaire comme pour le plaisir de manger, il faut prendre chaque jour des aliments de chaque famille en fonction des apports conseillés.

pyramide-alimentaire.jpg

La pyramide alimentaire nous aide à visualiser la part que chaque famille d’aliments doit représenter dans les apports d’une journée.

En France nous consommons en moyenne trop d’aliments gras et riches en protéines, pas assez de produits riches en sucres lents et pas assez de légumes et de fruits….Et vous ?

pti-dej.jpg
Le petit déjeuner, essentiel pour ne pas « subir » la journée

Après une nuit de sommeil, notre organisme requiert une attention toute particulière ! Il s’agit en effet de stocker de l’énergie qui sera redistribuée au cours de la journée. A vos tartines !

Qui dort ne dîne pas…
Contrairement à ce que dit l’adage : qui dort, ne dîne pas ! En effet, pendant la nuit, notre corps a brûlé de l’énergie. Le cerveau a trié et classé les informations de la journée, le cœur a continué de battre, les systèmes digestif et respiratoire ont accompli leurs tâches respectives… Tout cela consomme de l’énergie. Si bien qu’au matin, nos réserves sont bien entamées. La première mission du petit déjeuner est donc de recharger nos batteries : ce repas est donc incontournable !!! Ce premier repas de la journée est indispensable.

Je dois être actif et productif dès le matin…
Attaquer la journée avec un maximum de vitalité, c’est essentiel.
Alors, mettez tous les atouts de votre côté en prenant un petit déjeuner équilibré. C’est une garantie autant pour aiguiser l’attention de vos enfants en classe, que pour vous permettre d’éviter le coup de pompe de 11 h et ces grignotages intempestifs.
En fait, un bon petit déjeuner agit comme un starter : il lance et fait tourner votre moteur à son meilleur régime !

tartines.jpg
Oubliez le petit-déjeuner, votre corps s’en souviendra…
Même si certains pensent pouvoir s’en passer, les études montrent que les autres repas ne compensent pas l’absence d’un petit déjeuner.
La conséquence directe, ce sont des carences en magnésium et en calcium, fréquentes chez les femmes, les ados et les seniors. Cela vaut aussi pour nos chères têtes blondes : Il est prouvé que les enfants qui ne prennent pas de petit-déjeuner ont en moyenne un poids… plus élevé !

Source : www.doctissimo .fr
Dr Béatrice Sénemaud

Fougasse aux olives

mardi, avril 1st, 2008

fougasse.jpgFougasse aux olives

Pour 6 personnes
Temps de préparation : 20 min
Temps de cuisson : 15 min

Ingrédients :
15 g de levure de boulangerie traditionnelle
750 de farine de type 55
2,5 c. à café de sel fin
9 c. à soupe d’huile d’olive
250 g d’olives noires et vertes dénoyautées

Préparation :
Dans un saladier, mélangez la levure dans quelques cuillères à soupe d’eau chaude puis versez-y la farine et le sel. Ajoutez 6 c. à soupe d’huile d’olive et commencez à pétrir en ajoutant de l’eau progressivement jusqu’à obtention d’une belle pâte homogène et qui ne colle pas. Incorporez alors les olives grossièrement hachées, pétrissez encore un peu, formez la pâte en boule, couvrez-la d’un linge et laissez-la gonfler 1 heure dans une pièce chaude.

Au bout de ce temps, divisez la pâte en 6 pâtons et écrasez-les un peu en épaisses galettes ovales sur le plan de travail fariné. Entaillez les galettes de 4 grosses boutonnières et tirez un peu sur les bords pour qu’elles restent bien béantes. Posez les fougasses sur la plaque du four huilée, couvrez d’un linge et réservez 1 heure encore dans la même pièce chaude.

Versez de l’eau bouillante dans un plat à four et posez-le sur la sole du four, préchauffé à 200°C (th6/7).

Badigeonnez les fougasses d’huile d’olive au pinceau et glissez-les au milieu du four bien chaud. Faites cuire 15 min environ. Servez avec une salade.

Recette postée par CuisineAZ.com

TARTES A TOUT

mardi, avril 1st, 2008

Tartes à Tout !
Rapides et faciles : Sucrées ou salées ?

VERSION SALEE : TARTE AUX DES DE JAMBON ET BROCOLIS
tarte.jpg

INGREDIENTS :
• 1 pâte feuilletée
• 150 g de Dés de jambon
• 500 g de brocoli
• 200 ml de lait concentré non sucré
• 60 g de gruyère râpé
• 2 œufs
• 1 cube de Bouillon aux Légumes
• 1 cuillerée à soupe de farine

PREPARATION
Préchauffez votre four Th.7/8 ( 220°C );
Dans une casserole d’eau bouillante, faites cuire le brocoli avec le bouillon de légumes environ 15 minutes. Une fois cuit, égouttez-le et écrasez-le à la fourchette dans un saladier.
Déroulez la pâte dans un moule à tarte en conservant la feuille de cuisson. Disposez le brocoli et ajoutez les dés de jambon.
Dans un saladier, mélangez le lait concentré, les œufs et la farine, poivrez. Versez sur la tarte puis saupoudrez de gruyère râpé.
Faites cuire en bas de votre four environ 25 minutes.

VERSION SUCREE : TARTE AU CHOCOLAT, ECLATS DE CARAMEL CROQUANT ET AMANDES
tarte-choco.jpg
INGREDIENTS :

1 Pâte Brisée
250 g de chocolat au lait
100 g de beurre
125 ml de crème liquide
30 g d’amandes effilées
100 g de sucre
100 ml d’eau

PREPARATION :
• Préchauffez votre four Th.7/8 (220°C).
• Faites cuire la pâte à blanc selon le mode d’emploi.
• Cassez le chocolat en morceaux dans un saladier, faites bouillir la crème et hors du feu versez-la sur le chocolat.
• Fouettez et ajoutez le beurre préalablement fondu.
• Laissez refroidir la pâte et versez la ganache au chocolat dessus.
• Placez 1 à 2 heures au réfrigérateur.
• Versez le sucre et l’eau dans une casserole, faites chauffer jusqu’à l’obtention d’un caramel clair.
• Dans une poêle sur feu vif et sans matière grasse, faites dorer les amandes effilées.
• Versez le caramel encore chaud et les amandes effilées, sur une feuille de papier sulfurisé. Laissez refroidir et concassez le tout à l’aide d’un rouleau à pâtisserie.
• Répartissez sur la tarte les éclats de caramel et des amandes effilées.

BON APPETIT !!!